critique cinéma: l’ASCRIC B renforce les capacités de ses membres

Troisième jour de formation : Les métiers et les genres de cinéma

les participants ont prêté attention à la communication de monsieur Ardiouma Soma

Les membres de l’ASCRIC B présents au troisième jour de la formation ont axé leurs échanges autour de deux thèmes, « Les métiers du cinéma » et « Les genres du cinéma ».

Pour ce qui est de la première partie des échanges qui ont porté sur «  Les métiers du Cinéma », le facilitateur Ardiouma SOMA ancien Délégué général du FESPACO, a centré son intervention sur les métiers de cinéma reconnus par le droit burkinabè . Pour ce faire, il s’est appuyé sur les textes du décret N°2013-384/PRES/PM/MCT du 21 mai 2013 portant sur les  conditions d’exercice de la profession cinématographique et audiovisuelle au Burkina Faso.

Ardiouma Soma, ancien DG du FESPACO, conférencier

Prescrit par la loi N°047-2004/AN du 25 novembre 2004 portant loi d’orientation  du cinéma et de l’audiovisuel au Burkina Faso, le décret suscité détaille les conditions exigées pour exercer une activité du cinéma et de l’audiovisuel au Burkina Faso. Ce texte réglementaire définit six secteurs de la discipline cinéma : la production, la distribution, l’exploitation, l’industrie technique, la formation et la promotion. C’est autour de ces secteurs que les métiers du cinéma ont été définis.

Au sens dudit décret, les métiers de la section production sont déclinés en quatre (4) branches à savoir la branche de l’administration de production qui comptent huit métiers ; la branche des techniciens comportant trente-cinq (35) métiers ; la branche des interprètes (acteurs/comédiens) qui désigne sept (7) types d’interprétations et la branche des collaborateurs artistiques enregistrant aussi sept (7) métiers.

Concernant la deuxième partie de sa communication, Monsieur Ardiouma SOMA a d’abord défini les genres cinématographies avant de les regrouper dans des catégories. Ainsi, il a défini le genre en cinéma comme étant un moyen de classer les films en fonction de leurs caractéristiques. 

Selon sa propre classification, il existe dix (10) grandes catégories qui sont :

  • la comédie ;
  • le drame ;
  • le film d’horreur, le fantastique et les films de science-fiction ;
  • le triller et les films d’aventure ;
  • les films policiers ;
  • les films historiques et les films de guerre ;
  • les films documentaires ;
  • le biopic ;
  • les films d’animation ;
  • les films d’actions :

il est à noter que le facilitateur a aussi  ajouté à sa liste une onzième (11e) catégorie à savoir les film wertern.  

les participants ont été attentifs à la communication

Avant de clore sa communication, Ardiouma SOMA  a tenu à préciser aux participants que sa liste n’est pas exhaustive encore moins figée. Tout comme l’être humain, certains genres cinématographiques naissent, évoluent et disparaissent.

Les genres du cinéma évoluent donc en fonction du temps, de l’époque et des lieux.

Le rendez-vous de la quatrième journée, c’est-à-dire le vendredi 11 septembre portera sur l’analyse filmique.

Abraham Bayili

Facebook Comments