SNC 2018 : Arts plastiques, plus d’une vingtaine en compétition

     Ils sont au nombre de 26, ces œuvres d’arts plastique qui sont en compétition dans la salle d’exposition de la Maison de la culture Mgr Anselme Titianma Sanon à cette 19ème Edition de la Semaine Nationale de la Culture(SNC).

1) Selon le président du jury, Jean Célestin Ki : « les œuvres présentées par les artistes plasticiens sont de qualité et elles méritent d’être dans la compétition ».

Reparties en trois catégories à savoir, la peinture, la sculpture et le batik, ces œuvres seront examinées et appréciées par un jury en fonction des critères préalablement définis. Pour Jean Célestin Ki, professeur titulaire de l’art et président du jury, les trois critères de notation sont : Le premier, est l’exécution de la composition qui compte pour dix points, le deuxième, l’originalité de l’œuvre qui vaut sept points et le troisième, la pertinence du message équivalant à trois points, soit un total de vingt points. Il a précisé que les œuvres sont de qualité dans la mesure où ces œuvres parvenues à cette édition sont issues des sélections régionales. « C’est une compétition qui veut que les œuvres en compétition soient sélectionnées et classé par ordre de mérite », a-t-il signifié.

Les auteurs de ces 26 œuvres ont mis le meilleur d’eux et s’attende à décrocher le trophée. Emmanuel Bissyendé, artiste plasticien au centre national des arts de Ouagadougou a présenté un tableau intitulé ‘’ Le village des sages’’.

Pour lui, la motivation qui l’a amené à produire cette œuvre est partie de la vie sociale. Il a ajouté que lorsqu’on désigne une personne de ‘’Sage’’, c’est pour qu’elle puisse apporter des conseils, donner ce qu’il a d’humain aux autres. « La concertation, le dialogue et la cohésion sociale est au centre de toute chose», a-t-il affirmé.

 

Les crises que traverse le Burkina Faso m’ont motivé à produire cette œuvre », Pouitba Ouédraogo

La SNC est un milieu d’échanges et de partages d’expériences, selon ses propos et souhaite que ce rendez-vous de la culture apporte du courage et du soutien aux artistes. Il a enfin lancé un appel au Burkinabès et au monde afin qu’ensemble autour d’une même table, les uns et les autres discute en vue de trouver solutions idoines à différents problèmes qui nous opposent. Quant à Pouitba Ouédraogo, compétiteur en art plastique, le tableau qu’il a présenté est intitulée ‘’ le trésor de la paix’’. Pour lui, les crises que traverse le Burkina sont sa source d’inspiration qui l’a motivé à produire cette œuvre et le but recherché est de redonner sourire à tous ceux qui sont dans la détresse car ayant perdu tout espoir.

Il faut retenir que le concours d’art plastique est un cadre d’expression d’artistes confirmés afin de détecter de nouveaux talents. Et la compétions dans cette discipline couronne l’excellence dans la production d’objets d’art à travers la sculpture, la peinture et le batik.

 

 

Cheick Abass Koala

 

Facebook Comments