Succès Cinéma Burkina Faso, récompense la popularité de deux films burkinabè.

          Le Commissariat du système d’aide automatique ” Succès Cinéma Burkina Faso ” a  proclamé les résultats du 6éme   cycle compétitif de “succès cinéma Burkina Faso” (SCBF).  Les fictions ” Le prix de la séduction” et  “conflit conjugal ” respectivement des réalisateurs  Aziz Nikiéma et de Kady Traoré sont les œuvres qui ont reçu cartes blanches pour bénéficier des prochaines aides à la production de SCBF.  La cérémonie a eu lieu le 23 juin 2018 sur le site du FESPACO.

Abdoul Aziz Nikiéma, réalisateur du film « Le prix de la séduction »

Sur onze (11) œuvres inscrites au départ, seules deux ont été qualifiées pour recevoir l’aide à la production. Il s’agit notamment des fictions longs métrages « le prix de la séduction » de Aziz NIKIEMA et de « Conflit conjugal » de Kady TRAORe respectivement des sociétés de productions  “IMEDIA” et “Athéna Films”.

Le projet succès cinéma Burkina Faso dispose dans son règlement que le seuil d’éligibilité des films pour  prétendre à un bonus est de 10 000 entrées. Pour  les films précités, le décompte a donné les résultats suivants : 12 314  entrées enregistrées avec 11 863 entrées validées pour le film “Prix de la séduction”  de la société “I MEDIA”. 11 177 entrées enregistrées et 10 493 entrées validées pour le film  “Conflit conjugal” de la société Athéna film. En classement, la société “IMEDIA” vient en tête avec un bonus de 10 000 000 frs CFA et  en 2ème position, la société Athéna qui reçoit  7 500 000 CFA.

Kadi Traoré, réalisatrice de « Conflit conjugal »

Au regard des résultats obtenus, il va sans dire qu’un travail de fourmi a été minutieusement et  scientifiquement fait. Comment l’équipe de SCBF est- elle parvenue à de tels résultats ? Toussaint Zongo, administrateur  SCBF explique :  ” En ce qui concerne les critères de validation des films qui s’inscrivent en salles, il y a d’abord des bordereaux journaliers et hebdomadaires qui doivent être remplis chaque jour et qui nous sont parvenus. Ensuite, il y a des documents administratifs qui sont fournis par les salles d’exploitation, notamment l’état des tickets vendus et les bordereaux de dépense banque. Il y a également les copies de chèque correspondant à la période d’exploitation des films en salle. Enfin, il y a l’historique bancaire de la société de production qui montre la traçabilité de tous ces chèques qui ont transité sur le compte bancaire. Donc, nous confrontons tous ces documents et c’est ce qui nous permet de valider ces chiffres d’entrées qui sont exploités en salles.”

En rappel, ces bonifications telles que fixées par SCBF doivent permettre aux bénéficiaires de réinvestir dans les prochaines productions de film, des aides précieuses que Fernand KABORE, producteur du film “Prix de la séduction” apprécie fort bien. ” Ce prix va nous permettre de finaliser pas mal de projets. Nous avons deux  projets en cours : une série et un long métrage. Les conditions de réalisation des films n’ont pas été faciles parce que nous avons travaillé sur fonds propres et nous avions fait recours à plusieurs sociétés qui sont restés lettres mortes”.

Odette Diao

 

 

 

Facebook Comments