Les administrateurs civils en colère.

Apres 72 heures de grève en mai, 96 heures en juin, le syndicat national des administrateurs civils, des secrétaires et adjoints administratifs du Burkina rebelote avec une grève de protestation de 96 heures de grève allant du mardi 24 au vendredi 27 septembre 2019, pour exiger entre autres l’adoption d’une loi portant institution du corps préfectoral, et un plan de promotion.

En outre le syndicat revendique également un décret portant modalités d’exercice sur la fonction de secrétaire générale de collectivités et la gestion de l’état civil dans les représentations diplomatiques du Burkina Faso par les administrateurs civils, les secrétaires administratifs et les adjoints administratifs.

Selon ce syndicat, rien ne va au ministère en charge de la cohésion sociale et le département à lui-même besoin d’une cohésion en son sein. « Le contexte présent commande que l’administrateur civil, régulateur de la société soit mis en état de travailler convenablement et décemment, afin de juguler les difficultés qui se posent à la nation burkinabè. Mais c’est un personnel désemparé, déboussolé, délaissé, démotivé qui face à l’indifférence du premier responsable du ministère, tente de remplir une mission qu’il sait impossible », a laissé entendre Adama Bidiga secrétaire général national du syndicat.

Ouaga FM

Facebook Comments