CDP : bonjour les démissions

Kadré Désiré Ouédraogo a démissionné du parti ce lundi. Cette démission intervient au lendemain d’une vague d’exclusion de près de 20 cadres du parti par la direction à la faveur d’un congrès extraordinaire tenu le dimanche 22 septembre 2019.

Kadré Désiré a déclaré sa candidature à la prochaine présidentielle sans préciser s’il convoitera la bannière de l’ancien parti au pouvoir ou s’il se contentera d’une coalition citoyenne. Dans le parti, l’actuel président Eddie Komboigo est présenté comme celui qui demeurera le candidat tout fait par une frange.

Depuis plusieurs mois, les ambitions des uns et des autres avaient crispé l’atmosphère et occasionné des soubresauts dont les conséquences sont constatées depuis ce dimanche où la cassure est nette et consommée entre pros Eddie et Pros Kadré.

Et même que ironie du sort, les exclus d’hier s’exercent à l’exclusion aujourd’hui. Tout le monde peut faire usage de l’arme de l’exclusion mais par pudeur et scrupule, les victimes d’hier de cette injustice que tous avions dénoncé et combattu, ne pourraient s’en prévaloir aussi spectaculairement.
Restons uniquement sous l’angle de l’éthique politique et de la perception publique. Et, oublions volontairement l’argument de droit ou de la raison.

Le CDP, ce parti qui a eu la gestion d’Etat du pays pendant une vingtaine d’années concède ainsi une seconde fois une incapacité et un manque d’intelligence politique à surmonter ses propres défis. L’insurrection qui a entraîné le départ brutal du pouvoir n’a pas tant servi de leçon aux continuateurs de l’œuvre politique du président Compaoré  aujourd’hui en exil.

À vue d’œil, il est indéniable que l’évolution du jeu interne et le charivari orchestré ici et là dans l’ancien parti montrent que les ambitions personnelles et l’envie du pouvoir inhibent toute pensée sérieuse sur la nécessité de réhabilitation politique du président Compaoré, en qui chacun se réclame pourtant d’une filiation sincère. Ainsi que de cette réhabilitation historique inévitable vis-à-vis du peuple.

Lookmann Sawadogo, Journaliste – Éditorialiste

Facebook Comments